"MIREIO" de Frédéric Mistral

Publié le par ATOCH Pascal

"MIREIO" de Frédéric Mistral

 

 

Prix concours de création 2014, catégorie amateur, au salon international des santonniers en Arles

"MIREIO" de Frédéric Mistral

On peut voir la main de F.Mistral en train d'écrire le Chant XII de "MIRIO". Comme par magie, quelques principaux personnages de ce poème, se retrouvent sur les feuilles du cahier.

Cette oeuvre est présentée au salon des santonniers d'Arles.

Elle est modelée en quatre différentes couleurs d'argiles. Les santons sont d'une hauteur de 7 cm. La main et les deux feuilles manuscrites sont grandeur nature. Aucune peinture n'est utilisé.

Seule la plume n'est pas en argile. Une vrai plume d'oie.

=======================================================================

Le poème "Mireille chant XII

-----------------------------------

Mirèio - cant XII

E d’enterin qu’i liò mounte èro

Se turtaran lou front sus terro

Dóu remors, iéu em’elo, enclaus d’un blu seren

Souto lis aigo atremoulido,

O, iéu, ‘mé tu, ma tant poulido!

Dins de brassado trefoulido

Longo-mai e sèns fin nous poutounejaren

E, desvaga, lou panieraire

A la perdudo vèn se traire

Sus lou cors de Mirèio, e lou desfourtuna

Dins si brassado fernetico

Sarro la morto… Lou cantico,

Eilavau dins la glèiso antico,

Coume eiço tourna-mai s’entendié ressouna :

O bèlli Santo, segnouresso

De la planuro d’amaresso,

Clafissès, quand vous plais, de pèis nòsti fielat!

Mai à la foulo pecadouiro

Qu’à vosto porto se doulouiro,

O blànqui flour de la sansouiro,

S’es de pas que ié fau, de pas emplissès-là!

Frederic Mistral, Mirèio.

----------------------------------

Mireille – Chant XII Ô Saintes, belles marinières, Qui avez choisi nos marécages Pour y élever dans l’air la tour et les créneaux De votre église blonde, Comment fera, dans sa barque, Le marin, quand la mer frappe, Si promptement vous ne lui envoyez votre bonne brise ? Comment fera la pauvre femme aveugle ? Ah ! il n’est sauge ni bugle Qui puisse guérir son lamentable sort Et, sans mot dire, tout le jour elle reste À repasser sa triste vie... Ô Saintes, rendez-lui la vue, Car l’ombre, et toujours l’ombre, c’est pire que la mort ! Reines de Paradis, maîtresses De la plaine d’amertume, Vous comblez, quand il vous plaît, de poissons nos filets Mais à la foule pécheresse Qui à votre porte se lamente Ô blanches fleurs de nos landes salées Si c’est la paix qu’il faut, de paix emplissez-la !

Frédéric MISTRAL, Mireille.

Un riche berger, prétendant de Mireille.

Un riche berger, prétendant de Mireille.

Taven, la guérisseuse.

Taven, la guérisseuse.

Ourrias, le méchant.

Ourrias, le méchant.

Ramon, le père de Mireille.

Ramon, le père de Mireille.

Ambroise, le père de Vincent.

Ambroise, le père de Vincent.

Vincenette, la sœur de Vincent.

Vincenette, la sœur de Vincent.

Vincent et Mireille.

Vincent et Mireille.

Mireille et Vincent.

Mireille et Vincent.

La main de Mistral

La main de Mistral

La première page du manuscrit. L'écriture étant faite en argile.

La première page du manuscrit. L'écriture étant faite en argile.

La seconde page du poème. Frédéric Mistral étant en train de signer son poème.

La seconde page du poème. Frédéric Mistral étant en train de signer son poème.

"MIREIO" de Frédéric Mistral
"MIREIO" de Frédéric Mistral
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article